Vivre à Istanbul en Turquie

Après avoir fait un petit tour du monde pendant 2 ans, et vécu 5 mois en Islande, je vis maintenant depuis 1 an à Istanbul.

J’aime beaucoup mon pays, la France, mais hélas, pour quelqu’un comme moi qui n’a pas fait d’études très poussées, l’avenir est très incertain (c’est mon point de vue). Alors au lieu de perdre mon temps en France, après mon retour d’Islande, je suis partie vivre en Turquie. Pas beaucoup d’avenir pour les jeunes de ce pays non plus, mais étant expatriée il y’a beaucoup d’avantages.

Ce n’était pas vraiment la première destination où j’avais pensé vivre. Mais après 3 voyages en Turquie et quelques recherches, je suis vraiment tombée amoureuse de ce pays et notamment d’Istanbul.

Se loger à Istanbul

Heureusement que mon amie turc, m’a aidé pour mon installation, c’est un peu fastidieux, surtout lorsque l’on ne parle pas la langue.
Le seul conseil que je peux donner, c’est d’être accompagner d’un turc, pour vous aidez dans la compréhension de ce que vous signez.
Ce n’est pas difficile de trouver un logement à Istanbul, les nouveaux immeubles tout neufs poussent comme des petits pains ici.

S’installer à Istanbul

L’idéal c’est d’obtenir le Saint Graal: le permis de travail. Mais bon c’est très cher, et difficile à avoir. Donc si on est citoyen français, il faudra postuler pour obtenir le permis de résidence, pour pouvoir rester plus de 3 mois. Il est valable un an, et il faudra ensuite le renouveler, tous les ans.
Personnellement je suis passée par une agence qui a tout fait pour moi; bien moins prise de tête.

Travailler à Istanbul

Après avoir travaillé dans plusieurs domaines différents pendant mes voyages, j’ai enfin trouvé mon équilibre à Istanbul.
C’est un pays plein de surprises, où tout est possible, et mine de rien vraiment agréable à vivre, contrairement à ce que les médias veulent bien nous faire croire.

J’ai passé un premier entretien d’embauche avant de m’installer, qui s’était super bien passé, mais je n’avais pas encore le Graal (le permis de travail), donc on m’a refusé.
J’ai ensuite pas mal cherché pendant 1 mois sur « indeed » notamment, et je commençais un peu à perdre espoir… Sans permis de travail c’est un peu plus compliqué.
Je tombe un jour sur une annonce pour travailler dans une clinique, j’y vais, et une dizaine de questions plus tard, je repars avec un poste en poche! Début du job: 2 jours plus tard.
Je suis désormais assistante d’un docteur en implants capillaires à Istanbul. Enfin ça, c’est sur le papier.

En réalité, je fais absolument tout pour le pôle français: marketing, communication, commerciale, prise en charge des patients de la prise de contact, jusqu’à la fin du processus c’est à dire environ 1 an. Il n’y a que moi, pas d’agence, personne pour m’aider. Je dois tout apprendre très vite, je suis complètement repartie de zero, je n’avais jamais entendu parler d’implants capillaires avant de travailler là.
Pour voir l’article que j’ai écrit pour un journal Français sur la clinique pour laquelle je travail, c’est ici.

Pour voir le site internet de la clinique en français, c’est ici.

J’aide également la tante de mon ami turc à s’ouvrir vers l’international pour son cabinet dentaire.
A savoir que le dentiste en Turquie coûte 70% moins cher qu’en Europe
https://www.istanbulakdent.com/

Il faut parler minimum couramment anglais pour trouver un travail à Istanbul, et évidemment apprendre le turc est aussi une belle initiative. Personnellement je suis en Turquie depuis 1 an, je n’ai pas pris de cours, mais à force d’entendre parler une langue j’ai appris de moi même.

Que faire à Istanbul

Istanbul est une ville en constante effervescence. Les odeurs de nourritures, mélangées aux narguilés envahissent les rues.
Bien sur il y a l’incontournable Grand Baazard! Bon c’est l’un des coins que j’aime le moins, je trouve les vendeurs insupportables, et irrespectueux. Non loin du Grand Baazard il y a le Bazaard Egyptien que je trouve bien plus agréable.
Le quartier français de Pierre Loti a tout mon amour, avec une superbe vue sur la rivière de la corne d’or! Malgré le fait que ce soit très touristique, ça reste très agréable.
J’aime beaucoup le quartier de Galata, et prendre le bateau d’Eminönü (rive Européenne), pour se rendre dans le super quartier de Kadiköy – Moda (rive Asiatique). 20 minutes de traversée et on change de continent, c’est vraiment génial.
Je ne vais pas tarder à aller visiter les îles aux princes.

Que faire en Turquie

Il y a énormément de coins à visiter, c’est un pays sublime avec une culture incroyable.
Mon rêve serait de m’acheter un van et de faire tout le tour de la Turquie pendant quelques mois.
Je trouve que la côte turc est l’une des plus belles que j’ai vu: Bodrum, Izmir, Marmaris (mon coin préferée), Antalya.
J’ai vraiment hâte de visiter la région de Cappadocia et Pamukkale.
Tout est faisable en avion, il y a des aéroports partout, et pour très peu cher. Sinon le bus, plus économique mais très long.
Il est également possible de louer une voiture, mais attention à la conduite des turcs!
J’ai fait un trip de 3 jours entre Istanbul et l’île de Bozcaada, petite île à la tendance grecque, située à 6 heures de route d’Istanbul. Très agréable avec une eau chaude et d’un bleu sublime!

Interview de mon expatriation 

Vous pouvez retrouver mon interview complète sur mon expatriation en Turquie sur le blog de voyage de « Votre Tour du Monde » en cliquant ici

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :